Le magazine des professionnels de la piscine et du spa
DÉCRYPTAGE

La protection des équipements

Traiter l’eau pour mieux protéger les équipements du bassin
La protection des équipements

Durant la saison, vous êtes régulièrement sollicités pour des problèmes de SAV très divers : taches sur les revêtements, ligne d’eau difficile à entretenir et qui se dégrade, électrodes de la cellule de l’électrolyseur corrodées, PAC moins performante, filtre moins efficace ou avec une pression toujours élevée… Et si ces problèmes, survenant sur des équipements en contact permanent avec l’eau, avaient un dénominateur commun : un traitement de l’eau incomplet ? Xavier Darok, docteur en chimie et responsable traitement des eaux chez SCP Europe, nous a fait part de son expérience au cours d’un entretien.

La protection des équipements


La remise en route : un acte à ne pas manquer


Chaque professionnel connaît parfaitement les enjeux d’une remise en route réussie, dont va dépendre l’efficacité du traitement durant toute la saison.
Cette efficacité est liée à hauteur de 80 % aux performances du groupe filtration, pompe et filtre, et à 15 % à l’équilibre de l’eau. C’est ainsi que la remise en route va intégrer les gestes et contrôles suivants :
• groupe filtration :
- nettoyage et détartrage en profondeur du filtre, à l’aide d’un produit approprié (type Acti nettoyant filtre chez SCP),
- si un filtre à sable est utilisé, changer le sable environ tous les 5 ans ;
• équilibre de l’eau :
- pH dans la zone de confort, c’est-à-dire entre 7 et 7,4. Il contribuera ainsi au confort du baigneur, au ralentissement du vieillissement du revêtement et aux performances des produits de traitement,
- TAC (titre alcalimétrique complet) ou alcalinité de l’eau compris entre 10 °f et 25 °f. Le TAC caractérise le pouvoir tampon de l’eau, c’est-à-dire la capacité d’influence d’un produit acide ou d’un produit basique sur le pH de l’eau. Plus le TAC est élevé et plus il est difficile de faire varier le pH de l’eau,
- TH (titre hydrotimétrique de l’eau ou dureté de l’eau) proche de 20 °f. Il est déterminé par la concentration en ions calcium (Ca++) et magnésium (Mg++).
La table de Taylor permettra de vérifier le bon équilibre de l’eau.
Bien entendu, le nettoyage du bassin, de la ligne d’eau, de la couverture ainsi que des abords complète cette remise en route.

La protection des équipements


Pour aller encore plus loin


L’ensemble des opérations résumées ci-dessus sont, bien entendu, des opérations clés bien connues et indispensables pour une remise en route réussie.
Il y a cependant un moyen facile d’aller plus loin pour assurer une protection supplémentaire des équipements de la piscine, avec 2 produits de traitement probablement encore trop peu utilisés à titre préventif :
• un séquestrant calcaire (type Acti anti-calcaire chez SCP) ;
• un séquestrant métaux (type Acti Metal’fix chez SCP).

Des traitements préventifs efficaces


L’eau de la piscine est en contact permanent avec de nombreux équipements. Une concentration de calcaire trop importante ou une présence de métaux dans l’eau influent sur leurs performances et sur leur longévité. Voyons comment.

1/ Les effets du calcaire sur les équipements



Sur la pompe à chaleur : chacun a à l’esprit l’image d’une banale bouilloire, dont la résistance est blanchie par le dépôt d’un film calcaire au fil des utilisations. Dans une PAC, il se passe un phénomène identique. En circulant dans les canalisations, l’eau chaude dépose un film calcaire à l’intérieur de celles-ci, ce qui engendre plusieurs effets :
• une micro-barrière calcaire se forme dans les canalisations de l’eau, avec pour conséquences :
- une baisse de la performance de la PAC. Le calcaire “masque” le rayonnement de la chaleur ;
- la pompe à chaleur va fonctionner de ce fait plus longtemps pour une même performance. Elle va consommer plus d’électricité et s’user plus vite ;
- une eau agressive fragilise la PAC. Certains points, tels que les soudures des canalisations, peuvent à la longue présenter des déficiences ;
- un développement du biofilm à l’intérieur des canalisations de la PAC. Le calcaire forme en effet des aspérités sur lesquelles le biofilm s’accroche, favorisant ainsi le développement des bactéries qui rendent le traitement de l’eau plus difficile et augmente la consommation en produits de désinfection.

Sur l’électrolyseur au sel : les effets sont proches de ceux observés sur la PAC. Le calcaire va se déposer plus rapidement sur les électrodes, réduisant ainsi leur efficacité. L’inversion de polarité sera plus souvent sollicitée, accélérant ainsi l’usure de la cellule. Des opérations de nettoyage de la cellule par un technicien seront plus fréquemment nécessaires.Sur les projecteurs : le film calcaire présent sur les projecteurs diminue leurs performances.

Sur ses médias filtrants : l’accumulation de dépôts calcaires dans le filtre dégrade sa performance et engendrera une accroche préférentielle pour les corps gras et le biofilm.

Sur les revêtements : devenues rugueuses, les parois retiennent crasses et algues. Celles-ci seront plus difficiles à faire partir, et nécessiteront davantage de produits de traitement.

La protection des équipements


Sur la ligne d’eau : en présence de dépôts calcaires, l’action du produit nettoyant ligne d’eau classique sera moins efficace.

La solution : à chaque début de saison, effectuer un traitement préventif avec un produit séquestrant calcaire. Facile à utiliser, un surdosage éventuel ne présente pas de risques pour les baigneurs et le matériel ; il présente également l’avantage de rester disponible dans l’eau tant qu’il n’est pas sollicité. C’est un produit qui est compatible avec tous les types de traitement. Si la saison est particulièrement chaude et/ou si la piscine dispose d’un débordement, il est conseillé de renouveler le traitement en juillet ou en août, selon la quantité d’eau neuve apportée.
La protection des équipements
Stop-calc (hth)

La protection des équipements
Acti anti-calcaire (SCP)

La protection des équipements
Calcinex(bayrol)



2/ Les effets des métaux présents dans l’eau sur les équipements


Le pouvoir oxydant des désinfectants, tels que le chlore, si apprécié pour détruire les bactéries, présente un inconvénient : l’oxydation ne cible pas exclusivement les bactéries mais peut également toucher certains équipements, particulièrement en présence d’ions métalliques dans l’eau. Ils vont ainsi être oxydés par le chlore, provoquant certains désordres. Ces ions métalliques peuvent également se déposer sur les équipements en contact avec l’eau.

La protection des équipements


Sur les revêtements, c’est l’apparition de taches noires dues à la présence de sulfures métalliques (fer, cuivre…), ou de taches de rouille qui témoignent de la présence de fer également oxydé par le désinfectant..
Les revêtements ne sont pas les seuls concernés. Les particules métalliques présentes dans l’eau, et oxydées par le désinfectant, sont responsables des taches de rouille et/ou de la corrosion sur certains équipements. Sont particulièrement concernés :
• une échelle inox présente dans le bassin ;
• l’axe métallique de la pompe de filtration. La durée de vie de la pompe peut ainsi être affectée ;
• les plaques des cellules d’électrolyseurs, tout particulièrement au niveau des soudures. Le rendement de la cellule ainsi que sa durée de vie sont ici aussi affectés ;
• les pompes à chaleur. Les métaux présents dans l’eau, en affectant leurs canalisations (raccords soudés), diminuent les performances des PAC sur le long terme.

La protection des équipements


La solution : prévenir plutôt que guérir. Un traitement préventif avec un séquestrant métaux en début de saison permettra de réduire, voire même d’éliminer l’ensemble de ces désordres.
L’avantage : de même que pour le séquestrant calcaire, un surdosage éventuel ne présente pas de risques pour les baigneurs et le matériel ; il présente également l’avantage de rester disponible dans l’eau tant qu’il n’est pas sollicité. C’est un produit qui est compatible avec tous les types de traitement. Si la saison est particulièrement chaude et/ou si la piscine dispose d’un débordement, il est conseillé de renouveler le traitement en mi-saison, selon la quantité d’eau neuve apportée.

La protection des équipements
Acti Expert Metal'fix (SCP)

La protection des équipements
hth Metalstop


En conclusion


Un traitement associant, à titre préventif, séquestrant calcaire et séquestrant métaux lors de la mise en route présente de réels avantages.

Pour le client


Vous lui assurez une piscine sans contraintes durant toute la saison en limitant les problèmes récurrents, et vous pérennisez les équipements souvent onéreux (PAC, électrolyseurs, etc.) que vous lui avez vendus.

Pour vous


Vous confirmez auprès de votre client votre image de spécialiste et vous le fidélisez. Séquestrants métaux et séquestrants calcaires sont en effet très peu référencés en GSB ou en GSA, ce qui présente l’avantage de les voir peu discountés, vous assurant ainsi la juste rémunération de vos conseils et services. C’est pour vous également l’opportunité d’augmenter le trafic dans votre point de vente et de fournir ainsi les produits de traitement nécessaires pour l’ensemble de la saison. N’hésitez pas à proposer en cours de saison une analyse d’eau… Les fabricants de produits ont développé des logiciels élaborés tel l’Acti, le logiciel proposé par SCP, qui permettent aux pisciniers de fournir à leurs clients une analyse d’eau personnalisée qui prend en compte l’ensemble des paramètres de la piscine. Ils conservent les historiques et éditent après chaque analyse une « prescription » détaillée sur mesure.

Ce sera pour vous la possibilité de fournir les indispensables réassorts de l’été.

DÉCOUVREZ AUSSI...

© Éditions Messignac 2017 | Tous droits réservés