Accueil Décryptage Piscines intérieures et corrosion : toutes les clés pour bien comprendre ce phénomène

Piscines intérieures et corrosion : toutes les clés pour bien comprendre ce phénomène

par laurence

Lors de nos précédents articles, nous avons fait un focus sur la corrosion des métaux immergés dans les piscines. Il a été démontré que la qualité des métaux, leur mauvaise association, et l’absence d’un pool-terre effIcace pouvaient être à l’origine de phénomènes de corrosion de ces métaux immergés.
La rédaction de LAP a reçu des questions au sujet de la corrosion de métaux à l’air libre, notamment dans le cas des piscines intérieures.
Nous nous sommes rapprochés du centre de formation de Pierrelatte et de la CNEPS (Compagnie Nationale des Experts en Piscines et Spas) pour obtenir des réponses…

La parole à Manuel Martinez, expert membre de la CNEPS et professeur en électrotechnique à l’UFA de Pierrelatte.

 

corrosion lap 121

« Depuis quelques années, la profession est sensibilisée à l’importance de la mise en place d’un pool-terre, surtout en présence d’eau salée. Mieux : les professionnels commencent, je serais tenté de dire enfin, à mesurer leur efficacité. C’est une évolution remarquable dans les mentalités.
Mais je suis souvent sollicité pour établir un lien éventuel entre la corrosion de métaux à l’air libre avec une mauvaise installation du pool-terre.
Rappelons-le : le pool-terre agit contre les phénomènes de corrosion électrolytique, c’est-à-dire en présence d’eau. Il n’est donc d’aucune utilité contre la corrosion des métaux à l’air libre.
Pas d’eau, pas de corrosion électrolytique, le problème vient d’ailleurs. »

La corrosion des métaux à l’air libre : il faut être attentif à deux facteurs :

  • le taux de chloramines dans l’air : les trichloramines,
  • le degré d’humidité.

Les chloramines dans l’air

corrosion lap 121Ci-dessous, le cas d’une piscine collective en inox dont les panneaux et canalisations se corrodent.

corrosion lap 121

 

 

 

 

 

Dans ce cas, il est évident que la corrosion ne provient pas d’une mauvaise mise à la terre puisque l’ensemble de la structure est de fait au contact de la terre.
Nous plongeons une sonde en argent dans le bac tampon du bassin de natation en inox pour mesurer la tension de l’eau.
La mesure indique que l’eau n’est pas chargée électriquement (208 mV : valeur négligeable).
La mesure de résistance de terre de la structure inox est sans surprise : elle est excellente !

corrosion lap 121

corrosion lap 121

 

 

 

 

 

 

 

C’était à prévoir : l’origine du problème n’est pas électrolytique.
Un bassin inox est mis à la terre de fait, sa résistance est très faible, ce qui est excellent.

Autres exemples de corrosion d’aciers inoxydables à l’air libre

  • Piscine privée sous abri non ventilé

corrosion lap 121

  • Parc aquatique couvert

 

corrosion lap 121

Quel est le degré de gravité d’une corrosion due à une attaque chimique ?

Les attaques chimiques aériennes restent des attaques de surface. Bien que spectaculaires, elles sont rarement perforantes.
Un simple test avec du papier abrasif permettra de constater le degré de pénétration. Dans ce cas, un re-traitement des aciers sera possible comme le prouve le test « du citron », qui blanchit complètement l’acier préalablement poncé.
Bien entendu, il sera indispensable de résoudre la source du problème afin d’éviter le retour de la corrosion.

corrosion lap 121

 

corrosion lap 121

 

L’agression des panneaux reste en surface.
On doit s’inquiéter davantage pour des aciers sollicités mécaniquement tels que les tirants de bride ci-contre.

 

 

Ces différents exemples illustrent parfaitement les dégâts que peut provoquer un excès de chloramines dans l’air. Intéressons-nous maintenant à l’origine des chloramines.

Les chloramines c’est quoi ?

C’est le composé chimique issu de l’action du chlore sur les matières organiques azotées introduites par les baigneurs (sueur, salive, peaux mortes, urine, cosmétiques…).
On en distingue 3 formes : les monochloramines, les dichloramines, et les trichloramines.

Pourquoi se retrouvent-elles dans l’air ?

Les mono et dichloramines restent dans l’eau, mais les trichloramines, plus volatiles, se retrouvent dans l’air par brassage de l’eau (baigneurs, nage à contre-courant, jets d’eau, fontaine, débordement…).
Leur concentration dans l’air dépendra donc de leur teneur dans l’eau, de la fréquentation de l’établissement, de l’apport d’air neuf et d’eau neuve, de la température de l’eau.
Pour faire simple, afin de limiter la teneur de trichloramines dans l’air, il faut limiter la formation de chloramines dans l’eau.

Pour éviter la corrosion des métaux à l’air libre, il faut donc agir selon 3 axes : l’eau, l’air et les baigneurs.

corrosion lap 1211. On agit sur l’eau :

  • en la renouvelant.

À titre de repère, en piscine collective la réglementation impose un apport en eau neuve de 30 litres par baigneur et par jour. En piscine intérieure privée, il n’y a pas de réglementation particulière ; mais  l’on peut veiller à ce que  le rajout d’eau nécessaire pour compenser l’évaporation ou pour effectuer un lavage de filtre, se rapproche des règles applicables en collectivité.

  • en effectuant une action de stripage.

Le stripage ou stripping consiste à extraire les trichloramines contenues dans l’eau avant qu’elle ne retourne dans le bassin de baignade.

C’est le rôle que peut jouer par exemple une cascade dans le bac tampon. L’objectif est de réduire le taux de chloramines dans l’eau par dégazage.

  • avec une déchloramination par UV.

Parole à Delphine Cassan de la société Bio-UV
(Bio-UV a développé et breveté depuis 2003 des gammes spécifiques pour la déchloramination des piscines et des spas collectifs. La société est agréée par le ministère de la Santé pour la déchloramination moyenne et basse pression des bassins à usage collectif).« La lumière ultra-violette émise par les déchloraminateurs UV “moyenne pression” présente la caractéristique de réduire les 3 types de chloramines présentes dans l’eau : mono, bi et tri. Moins de chloramines dans l’eau c’est moins de chloramines dans l’air. Cette action améliore ainsi considérablement la qualité de l’air, ce qui minimise les risques de maladie professionnelles, rhinites etc., dont peuvent être victimes les surveillants de bassin ou les nageurs sportifs de haut niveau, et réduit significativement les problèmes de corrosion des métaux liés à la présence de chloramines dans l’air ».

2. On agit sur l’air :

  • en procédant au renouvellement suffisant de celui-ci.
    – par simple grille de ventilation, haute et basse, placées sur des murs opposés dans la pièce ;
    – par ventilation motorisée ;
    – par centrale de déshumidification ;
  • en régulant l’humidité présente dans le local :
    – par déshumidificateur mural (atten-tion, il ne renouvelle pas l’air) ;
    – par centrale de déshumidification (elle renouvelle l’air et régule l’humidité).

Quelques repères :

  • Volume de renouvellement de l’air : en piscine privée, celui-ci doit être de
    4 fois le volume/h. En piscine collective : 22 m3/h/baigneur sur la base de la FMI (fréquentation maximale instantanée).
  • Température et humidité : il convient de maintenir dans le hall une température et une humidité optimales. Exemple : 27 °C pour le hall et 23 °C  pour les locaux annexes, avec une humidité régulée à 65 %.

3. On agit sur le parcours des baigneurs et les abords du bassin :

  • en respectant la FMI ou fréquentation maximale instantanée. Il s’agit du nombre de baigneurs et de non-baigneurs se trouvant simultanément à l’intérieur de l’établissement ;
  • en respectant les règles d’hygiène (douche, passage aux toilettes, interdiction des shorts de bain, etc.);
  • en veillant au nettoyage des équipements et des abords rigoureux.
La parole à Christel Ageorges, expert.« Les trichloramines dans l’air sont effectivement la 1re cause de corrosion des métaux à l’air libre. Généralement, les professionnels de la piscine ont le réflexe d’agir sur l’eau et sur le renouvellement d’air. Mais ce qui est rarement pris en compte, c’est le parcours sanitaire du baigneur, et la désinfection des abords.
Ce sont pourtant les deux facteurs qui amènent le plus de matière organique dans l’eau. Qui dit matières organiques dans l’eau dit trichloramines dans l’air, et donc une atmosphère corrosive.
Pour que l’approche du problème soit « complète », il faut :

  • tenir compte du parcours du baigneur avant la baignade. Il faut concevoir le parcours de manière à faire respecter les règles élémentaires d’hygiène (douche savonnée, utilisation des wc…)

– Une douche complète et savonnée à l’eau tiède élimine la grande majorité des germes cutanés et une grande partie de la pollution organique.
– Le passage aux toilettes limite les rejets d’urine et réduit de 30 à 60% la pollution introduite dans les bassins.
Les pédiluves retiennent la pollution résiduelle des pieds contaminés par les sols des locaux sanitaires. L’eau y est chlorée à 5 mg/l et ils sont vidangés et nettoyés quotidiennement.

  • Éviter la sur fréquentation.
  • Nettoyer et entretenir les abords et les équipements avec des détergents et désinfectants.

Les fabricants de produits chimiques constatent encore aujourd’hui une vente de produits de nettoyage des abords très faible par rapport au volume de vente des produits de désinfection de l’eau. Preuve que ce paramètre n’est pas assez pris en compte ».

Retour sur l’article « Comment réaliser le diagnostic d’un désordre électrolytique sur une piscine ? » paru dans L’Activité Piscine n°115

Suite à l’article « diagnostic d’un désordre électrolytique », vous nous avez questionné sur les références des différents appareils de mesure de terre. Voici la sélection de Manuel Martinez, l’auteur de l’article.

Les appareils à brancher dans une prise

 

corrosion lap 121

Mon préféré : le Tohm-e de chez electrop PJP : 380 Ä (autre étiquetage : sefram MW 9321)

 

 

 

 

corrosion lap 121

La bonne affaire : Le PCE ECT 50 : 132 Ä (vente en ligne directe site PCE)

 

 

 

 

Rappel : ces deux appareils nécessitent de fabriquer un cordon de mesure (voir LAP N° 115)

corrosion lap 121

Le nouveau venu : le mesureur de terre Kyoritsu K 4300 (distribué par yesss electric)

corosion lap 121

Son utilisation consiste à faire une mesure de résistance entre le neutre et la terre

Son principal intérêt est qu’il ne nécessite pas la réalisation d’un cordon de mesure.

Prix : 380 € chez yesss electric

 

 

corrosion lap 121

L’Activité PISCINE magazine, la référence de l’information professionnelle du secteur de la piscine et du spa.

Politique d’utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. En savoir plus