Accueil Décryptage CAS PRATIQUE : pour une bonne gestion d’un traitement automatique à l’Oxygène Actif

CAS PRATIQUE : pour une bonne gestion d’un traitement automatique à l’Oxygène Actif

par laurence

traitement automatique à l’Oxygène Actif.

L’AVIS DU SPECIALISTE : XAVIER DAROK, docteur en chimie et responsable traitement des eaux chez SCP Europe 

Ici, la première vérification à effectuer est de s’assurer que le filtre ait été bien nettoyé/détartré en début de saison, puis que l’injection hebdomadaire d’oxygène actif est bien suffisante et conforme aux préconisations, à savoir 0,5 l par semaine pour 10 m3, soit 2,25 l pour le cas qui nous intéresse. Il arrive fréquemment que les utilisateurs, souvent pour des raisons d’économie, ne se conforment pas totalement à ces prescriptions.

Il convient de tenir compte ensuite de l’une des spécificités de l’oxygène actif : ce produit est très sensible à la présence d’ions métalliques dans l’eau. En effet, en présence – même minime – de métaux, l’oxygène actif va concentrer son action sur les particules métalliques, en les oxydant, n’assurant ainsi plus son rôle de désinfectant. Il en résulte, si cette caractéristique de l’eau n’est pas identifiée et traitée, une prolifération d’algues qui est accentuée dans le cas d’une eau de baignade particulièrement chaude.

 

1 SITUATION
Située tout près de Saint-Tropez, une piscine de 45 m3, construite il y a 1 an, est traitée automatiquement par injection d’oxygène actif liquide. L’installation bénéficie d’une régulation pH. Côté filtration, elle dispose d’un filtre largement dimensionné avec média filtrant verre. Le choix de l’oxygène actif est une exigence de la propriétaire adepte de cette solution de traitement.
2 LE PROBLEME
Nous sommes au mois de juillet et depuis le mois d’avril l’eau de la piscine est très régulièrement envahie par les algues. Elle est aujourd’hui vert foncé. Les traitements oxygène actif chocs successifs et une filtration fonctionnant 24 heures sur 24 n’ont pas apporté de solution durable.
3 QUESTION A POSER
Sommes-nous ici en présence d’une eau de forage ? En effet, les eaux de forage présentent souvent des teneurs en fer ou en cuivre élevées, ce qui pourrait expliquer le problème évoqué. Cependant, la réponse dans le cas présent est non. La piscine est alimentée par l’eau de la ville. Toutefois, à proximité de la maison, il y a la présence de vignes traitées régulièrement par pulvérisation de sulfate de cuivre. C’est probablement la cause du problème : des ions cuivre sont certainement présents dans l’eau.

4 LA SOLUTION POUR RETROUVER UNE BELLE EAU

  • Réaliser un traitement choc avec du chlore non stabilisé (150 g pour 10 m3 soit ici 675 g). Le chlore est ici préférable à l’oxygène actif car il va “attaquer” algues et bactéries d’une façon différente de celle de l’oxygène actif utilisé en temps normal. La cliente, adepte d’un traitement sans chlore, sera également satisfaite car quelques heures seulement après le traitement, toute présence de chlore aura disparu du bassin. Il aura été détruit par l’action combinée des UV et de l’oxygène actif.
  • Faire un traitement avec un séquestrant métallique qui sera renouvelé à chaque début de saison afin de redonner toute son efficacité à l’oxygène actif.

traitement eau piscine

5 À SURVEILLER
L’oxygène actif est particulièrement sensible aux fortes chaleurs. En présence d’eau chaude sur une période prolongée, augmenter les quantités d’oxygène actif injectées (jusqu’à les doubler).
Si les problèmes d’algues persistent, prévoir un traitement avec un produit anti-phosphate.

Michel Dupenloup

Articles qui pourraient aussi vous intéresser

L’Activité PISCINE magazine, la référence de l’information professionnelle du secteur de la piscine et du spa.

Politique d’utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. En savoir plus