Accueil Décryptage Le filtre à éléments, un produit mal (re)connu

Le filtre à éléments, un produit mal (re)connu

par laurence

Le filtre à cartouche est un équipement de filtration, dont la part de marché ne dépasse pas les 15 % en France, alors qu’aux Etats-Unis, il fait jeu égal avec les filtres à sable et représenterait 1/3 des ventes de filtres pour piscine. Pourquoi cette différence entre deux marchés aussi matures ? En quoi se différencie-t-il d’un filtre à sable et quels sont ses atouts ?
Décryptage.

Filtre à cartouche ou filtre à élément ?

Filtre à éléments SwimClear™ (Hayward)

Sur le papier, il n’y a pas de différence technique entre un filtre à cartouche et un filtre à éléments. Le principe de filtration est le même. La différence réside principalement dans le nombre de cartouches ou d’éléments qu’il contient et donc la surface de filtration proposée. Le filtre à cartouche (notez le singulier), est une solution de filtration proposée surtout avec les bassins d’entrée de gamme comme les piscines hors-sol et dont la cartouche doit être souvent nettoyée. C’est essentiellement de là qu’il tient sa mauvaise réputation. Pour solutionner ce problème d’image, les principaux fabricants de ce produit préfèrent de plus en plus parler de filtre à éléments, pour le différencier du modèle mono-cartouche.

Le filtre à éléments, une autre façon de filtrer

Une filtration de surface
Filtre à sable et filtre à éléments fonctionnent de façon radicalement différente.
• Le filtre à sable propose une filtration profonde avec un média granulaire, composé de différentes couches, de sable ou de verre, sur 60 à 90 cm, destinées à retenir les plus gros débris en surface, et les plus petits au fond du filtre.
• Le filtre à éléments opère par filtration de surface via un tissu technique d’une épaisseur équivalente à celle d’une feuille de papier. Poussée par la pompe, l’eau, qui cherche toujours la voie la plus facile, se répartit naturellement sur toute sa surface… comme avec un tamis.

Une grande surface de filtration
La surface de filtration d’un filtre à média granulaire dépend principalement du diamètre du corps du filtre. Pour augmenter cette surface, il faut donc augmenter le diamètre du filtre et par conséquent le remplacer. D’où le choix de nombreux pisciniers de surdimensionner le filtre.
Avec un filtre à éléments, la situation est toute autre. La surface de filtration dépend du nombre d’éléments et de la hauteur du filtre. Pour augmenter cette surface, il est possible de remplacer le haut du filtre et ses éléments pour obtenir un déployé plus important. Les plus grands d’entre eux pouvant contenir jusqu’à 8 éléments soit près de 64m² de surface de filtration.

Une efficacité de filtration supérieure
Le filtre à éléments a une finesse de filtration de 20 à 25 microns, soit une qualité de filtration bien supérieure à celle d’un filtre à média granulaire comme le sable avec ses 40 à 50 microns.
Il est techniquement possible d’obtenir une finesse de filtration plus importante mais les principaux fabricants ont opté pour un compromis entre finesse de filtration, temps entre deux lavages du média et dimensions de la cartouche. L’objectif étant d’apporter du confort à l’utilisateur tant en termes de qualité d’eau que de temps de nettoyage des éléments. En effet, si le maillage du tissu est trop fin, le filtre s’encrasse rapidement et doit donc être nettoyé plus régulièrement. Une autre caractéristique intéressante, est que plus l’élément se colmate et plus le filtre est efficace, les débris se répartissant automatiquement sur toute la surface du média et l’eau cherchant toujours le chemin le plus simple. Quand le manomètre affiche une pression supérieure de plus de 800 g/cm2 (ou 0,8 bar) à la pression de référence (en général 700 g/cm2 ou 0,7 bar à la mise en route du bassin), la pression devient trop importante et il faut nettoyer la cartouche.

Moins de puissance de pompe nécessaire
Le filtre à éléments est moins sensible à la vitesse de passage de l’eau qu’un filtre à sable, qui filtre mieux à vitesse lente. Ce qui compte surtout, c’est sa capacité de rétention (quantité de débris retenus). En surdimensionnant un filtre à cartouche il est possible d’espacer de deux fois le temps de maintenance de ses cartouches (éléments) à puissance de pompe équivalente. Il a également moins de contrainte de puissance à des débits élevés. Les fabricants n’indiquent un débit de référence que pour faciliter leur comparaison avec les filtres à sable, qui, eux, sont restreints par une plage de débit minimale et maximale et ne peuvent être surdimensionnés par rapport à la pompe, faute de manquer de puissance pour les contre lavages.

Du confort pour l’utilisateur…
Plus le filtre a d’éléments, plus on augmente sa capacité de rétention et on réduit le besoin en nettoyage :
• Avec une vitesse de passage de 3 m3/h/m² de surface, le client a entre 15 jours et 3 semaines entre chaque nettoyage.
• Avec une vitesse de passage supérieure à 2 m3/h/m2, le client ne doit plus nettoyer son filtre que tous les mois et demi.
• Et avec une vitesse de passage de 0,5 m3/h/m2, le client est tranquille pendant toute la saison.
Quant à la durée de vie d’une cartouche, si elle est bien entretenue, elle peut aller jusqu’à 5 ou 6 ans. Avec quatre éléments, il suffit d’en remplacer un chaque année pour conserver au filtre son efficacité maximale. La seule limite est le prix du filtre qui augmente avec la capacité de filtration.

… et une filtration plus éco-responsable
Contrairement à un filtre à sable qui a besoin d’être régulièrement contre lavé en saison, une opération qui consomme en moyenne 600 litres d’eau tous les 15 jours au minimum en pleine saison, le filtre à éléments n’a pas besoin de contre lavages pour débarrasser son média de ses débris. Il faut seulement le nettoyer une ou deux fois par saison avec un jet d’eau. Un contre lavage qui augmente aussi la consommation de désinfectants ou de sel pour les bassins équipés d’électrolyseurs. Et grâce à sa finesse de filtration, il évite l’usage de floculants, généralement à base de sels d’aluminium, et réduit potentiellement le besoin en produits chimiques.
Enfin, il restreint les rejets d’eaux dans la nature, une pratique prohibée par de plus en plus de municipalités.

Les avantages du filtre à éléments

Filtre à éléments Clean & Clear Plus™ (Pentair)

Pour les particuliers :
• Une consommation d’eau réduite en évitant les contre lavage ;
• Plus de confort avec un besoin en nettoyage réduit selon l’entretien du filtre, l’environnement et l’usage du bassin (huile solaire par exemple) ;
• Moins de pertes de charges liées à la faible épaisseur du média filtrant à traverser ;
Pas de floculation et réduction des pertes de sel ;
• 
Un filtre compact pratique en rénovation grâce à son faible encombrement qui permet de récupérer de la place dans le local technique.

Pour les professionnels :
• Un filtre rapide à installer, sans vanne 6 voies, avec une entrée et une sortie avec bypass qui nécessite moins de plomberie ;
Moins de manutention car pas de média filtrant à transporter ;
• Pas de retour de sable dans le bassin lié par exemple au bris d’une crépine ;
• Pas de pièces détachées à l’intérieur du filtre à part les cartouches, un consommable à changer tous les 4 ans ;
• Moins de problèmes d’eau à traiter chez les clients : filtration plus fine, capacité plus grande, meilleure qualité d’eau…

Conseil aux professionnels pour la vente, l’installation et l’utilisation du filtre à éléments

• Un filtre plus simple à configurer qu’un filtre à sable et un compromis idéal entre le filtre à sable et le filtre à diatomées en termes de qualité d’eau et de simplicité d’utilisation.

• Ne pas oublier de tenir compte des pertes de charge du circuit pour conserver un débit normal.

• Pas d’ajout de floculant, d’anti-algues ou de clarifiant qui vont agglomérer les impuretés et colmater plus rapidement le filtre.

• Attention aux eaux calcaires ! Utiliser un séquestrant pour éviter le colmatage.

• Utiliser un produit dégraissant et détartrant pour le nettoyage du filtre et de ses éléments et surtout éviter d’utiliser du chlore multi action avec floculant.

• Surdimensionner le filtre à éléments pour garantir au client de la qualité d’eau et du temps entre deux nettoyages pour davantage de tranquillité d’esprit.

• Et vendre de la prestation de nettoyage de cartouche en tournant sur deux jeux d’éléments.


Remerciements à Yves-Marie LE LAY (Pentair) et Julien PISANESCHI (Hayward)

Texte : Sébastien Carensac

Articles qui pourraient aussi vous intéresser

L’Activité PISCINE magazine, la référence de l’information professionnelle du secteur de la piscine et du spa.

Politique d’utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement. En savoir plus